Cette chronique est l’aveu d’une faute ! Pardon à Chloé Lacasse.

Chloé Lacasse livre un album éponyme

En 2010, avec la sortie de deux mini-albums auto-produits, « Le brise-vent » et « Les deux pieds au sol » est apparue une chanteuse au talent remarquable mais que l’on n’a pas vue passer à l’époque, le train de la chanson francophone affichant parfois complet. Et c’est là, bam !, où je me frappe la poitrine en prononçant ces mots « Mea culpaaa ! » Chloé Lacasse.

En 2011, Chloé Lacasse se fait entendre crescendo grâce à sa victoire aux Francouvertes de Montréal. Ce tremplin la propulse chez le label Vega Musique, s’ensuit la sortie de son album éponyme, délicat et soigné, réalisé par Antoine Gratton.
 

La chanteuse-compositrice-interprète fait partie de la team « Ma Cabane au Canada ». En effet, le Québec est le père de tous ces fameux-là : Pas d’ Casque, Marie-Pierre Arthur, Tricot Machine, Pierre Lapointe, Ariane Moffatt ! Et on ne sait comment le remercier de nous donner à voir ses plus belles étoiles, si ce n’est en allant les écouter en concert pour les faire briller toujours plus haut dans le ciel musical.

Et au royaume des belles plumes, Chloé Lacasse se fait paon !

Notamment avec « Tout va bien », ode au carpe diem : « on chasse l’inconfort, on grise nos corps, on rêve d’ailleurs, on dit que tout va bien ». Subtiles et pop-rock, ses chansons font s’empiler les doutes et les joies, les contradictions qui font de la vie, un équilibre fragile. Comme l’aquarelliste William Turner, elle peint l’ombre pour révéler la lumière. Ou le contraire…

Seule, derrière son piano ou entourée de cordes et de guitares, elle nous prend par le bras et les sentiments pour nous parler également d’évasion dans « Ailleurs » qui se révèle être, en définitive, une fuite : « Mais comme je partirais d’ici, quand le confort m’ennuie, quand toute ma vie s’endort, ailleurs j’irais poser mon corps ». Et quand ses doigts pianotent énergiquement un clavier rendu épileptique, sa voix éolienne nous vante le désir qui se fait vorace dans Les Insatiables : « L’appétit qui mord, l’envie qui dévore, les cœurs qui jamais ne s’ankylosent… ». Chloé Lacasse joue avec dextérité à chamboule-tout et renverse pour notre plus grand ravissement nos forteresses intérieures.


Crédit photo Couv : Raphaël Ouellet
Chloé Lacasse : Site – Bandcamp – Facebook