Scopitone matérialise la rencontre entre la musique, l’image, le spectacle vivant et les arts numériques.

Les photos du FESTIVAL SCOPITONE 2013

Aspirant à développer la présence de l’art dans l’espace public et sur Internet, Scopitone est devenu un point de rencontre de référence entre les artistes et les industries créatives.

Pour cette 12ème édition du festival, près de 40 000 spectateurs ont pu mettre leurs sens en éveil. Un record historique pour le festival, qui proposait cette  année une programmation plus hétéroclite, pouvant toucher un public plus large. Pour notre plus grand plaisir, My Happy Culture était présent les soirées du mercredi et du samedi, et vous fait revivre les moments forts !

Soirée du mercredi 

Il ne pouvait y avoir de meilleure manière pour ouvrir cette soirée, en invitant l’artiste excentrique Gaybird, venu tout droit de Hong Kong, proposant une performance créative et intéractive, armé d’un arsenal de pads, contrôleurs et interfaces en tout genre.

Changement de salle et changement d’ambiance, avec la dream pop du duo anglo-américain Still Corners, dont les mélodies ont envoûté le public sur fond de kaléidoscope de couleurs et de formes singulières.

Après la performance de Gaybird, c’est au tour de Suga de proposer au public une projection inspirée par la nature et ses processus de transformation complexes. Transflora est une toile vivante où le paysage floral évolue et se défragmente suivant un cycle infini.

Nombreux étaient celles et ceux venus spécialement pour voir le jeune néerlandais Thomas Azier, balayant tout sur son passage avec sa voix lyrique accompagnée de mélodies solaires aux synthés.

Enfin, c’est au groupe rennais Juveniles que revient l’honneur de clôturer cette belle soirée. Encensé par la critique, le premier album de Juveniles a été produit par Yuksek (excusez du peu). Le trio rennais est sans conteste le digne successeur de la pop des années 80, à la fois froide et synthétique, insolente et remuante,

Clique sur une photo pour revivre la big-up-topmoumoute soirée du mercredi.

Soirée du samedi

Après la soirée de mercredi dans le murs de Stereolux, cette fois c’est sous les halls des Nefs, que le festival Scopitone nous donne rendez-vous. Après le show de la veille haut en couleurs et en ligths offert par le patron de l’électroclash Vitalic, ce soir le public nantais est venu en masse pour assister au joyeux bordel promis respectivement par le maître et la maîtresse des lieux, Mitch Silver et Rebeka Warrior de Sexy Sushi !

C’est le très jeune duo français Carbon Airways qui a l’honneur de porter la première ébullition au public nantais, avec ses grands coups de beats et une prestation scénique survoltée des lycéens.

La température monte sous les Nefs. Comme une envie de se prélasser aux sons des synthés et des boîtes à rythmes 80’s. Ca tombe bien puisque le groupe aux multiples facettes, La Femme, débarque pour propager folie douce et vent de fraîcheur sur le public.

Environ 4000 personnes sous les nefs éclairées par des spots bleu-blanc-rouge, et moi perchée sur une structure métallique pour photographier car l’accès en fosse est trop risqué, une croix géante sur scène avec la mention « Vendée », truffée de pains et Rebeka Warrior qui entame le concert en criant « Bonjour la Vendée, bonjooour le Puy du Fou ». Une entrée en matière provocante appréciée à sa juste valeur par les clameurs du public qui donnera, par la suite de sa personne, en portant Rebeka à bout de bras ou le trône de sa majesté. Vive la reine !

Clique sur une photo pour revivre la soirée-qui-tue-sa-race du samedi