Oui, tout portait à croire que Gemma Hayes profiterait de l’envolée bien récompensée de son premier album ‘Night on my side’ après 2002. Mais Gemma se devait de sillonner d’autres routes et de s’imprégner d’autres paysages… Sans trop sortir de ses influences telles que Joy Division,  dont on retrouve toute la sève dans un morceau comme ‘Back of my hand’.

image

Gemma Hayes

Le deuxième album ‘The roads don’t love you’ suivit ce mouvement, cette recherche d’elle-même à travers d’autres horizons.  Elle multiplia les collaborations diverses avec ses compagnons de scène tels que Joe Chester & Ann Scott. Elle a participé à plusieurs scènes et albums d’autres artistes tels que Steve Reynolds et a tenu à s’entourer des meilleurs tels que Kevin Shields du légendaire groupe irlandais My Bloody Valentine et David Odlum du groupe The Frames (avec Glen Hansard).

ici avec Joe Chester et Kevin Shields à Londres

S’auto-produire lui a permis de sortir un bel EP ‘Oliver’ et faire tout simplement ce qui lui plaisait à base de souvenirs de mixtapes de Michael Jackson et d’autres collages de souvenirs de vie(s). Le retour aux sources s’imposa et les invitations entres autres sur les scènes du regretté Liam Clancy ou elle coupa le souffle deux soirs de suite en ouvrant les festivités avec le morceau quasi a cappella November.

Le morceau ‘Making my way back’ sur le nouvel album résume tout à fait ce parcours. Sa fuite dans la direction opposée de celle que tout le monde aurait voulu. Parce que ça lui aurait été plus simple de glisser sur une pente totalement rock, elle aura préféré attendre de trouver les éléments concrets lui permettant d’affirmer son talent. 13 ans plus tard avec un vécu et une toute nouvelle vie de famille (c’est une toute jeune maman d’un mignon blondinet depuis un peu plus d’un an), on perçoit clairement une vraie maturité dans ses choix d’instruments et enfin un son qui lui correspond.

Le quatrième album ‘Let it Break’ n’etait que l’ébauche de ‘Bones + Longing’, une sorte de ‘part 1’ ou elle n’avait pas pu tout donner. On retrouve ses gouts d’ombres, de retours et enfin de lumière, oui celle qui se trouvait au fond du tunnel :)

Cette fois-ci, elle nous avait invité à participer à la création du nouvel album via Pledgemusic en incluant un magnifique vinyl sérigraphié, des pass vip, des paroles dedicacées… L’aventure fut plus interessante. Lundi dernier, elle était de passage à Paris pour donner entres autres une version acoustique du tube de Chris Isaac « Wicked game » pour le site de Madmoizelle.com et une session acoustique + interview pour l’émission de Francis Zegut qui sera diffusée mercredi 11 mars à partir de 23h .

En mode replay : Gemma Hayes live @ Zegut’s RTL2 pop rock station <<

En attendant, je vous conseille vivement de vous procurer la version iTunes de l’album.

Après quelques concerts en Irlande avec Printer Clips, puis en Angleterre avec Scott Matthews… un concert public à Paris est en prévision.


GEMMA HAYES : sitefacebook