This is the Hello Monster ! C’est déjà lui,  Gérald Kurdian. Ce drôle de numéro revient pour nous montrer une figure, prélude à un album fin 2016 : un EP nommé « Icosaèdre » et disponible en digital.

Gérald Kurdian, musicien et géomètre ?

On cherche le pourquoi du comment de « Icosaèdre » de Gérald Kurdian ! En attendant, on trouve ça très joli comme l’icosaèdre-ce-solide-à-vingt-faces-de-la-famille-des-polyèdres (merci Wikipédia). On vous en met un petit pour que vous voyez si vous avez séché les cours de Platon :

Représentation d'un icosaèdre régulier

Dans Icosaèdre, il est question d’âge, de solide (ah on y revient !), de liquide, d’évaporation, d’infini… Gérald, savant fou de l’organique, crée une musique à la géométrie variable qui, à l’écoute, dissout le réel dans des vagues lo-fi , des nappes de claviers et de violon… Le violon d’un magicien bien connu et aux cordes reconnaissables entre mille, son ami Chapelier Fou !

gerald-kurdian-icosaedre

Gérald Kurdian en concert // Photo : Gwendal Le Flem

Réalisé d’ailleurs par Chapelier Fou et Guillaume Jaoul (Mr. Oizo, Rover), « Icosaèdre » balance six molécules de poésie qui célèbrent le vivant, jusqu’à sa plus petite cellule.

Site officiel