Il y a quelques mois, Le Petit Loup Rouge né sous les pinceaux d’Amélie Fléchais nous en mettait plein la vue. Depuis son atelier à Clisson, elle nous dépeint ses techniques de dessin, ses futurs projets et ses goûts musicaux.  

Interview d’Amélie Fléchais pour la sortie du Petit loup rouge

Tu habites Clisson près de Nantes, surnommée « Clisson l’Italienne ». Qu’est-ce qui t’a amené ici ?

Amélie Fléchais : Et bien ça c’est un peu fait par hasard. J’habitais avec mon compagnon depuis plusieurs années dans le Nord à Lille, et nous avions envie de bouger pour une région un peu plus verte et moins pluvieuse tout en restant proche d’une ville dynamique et culturelle. Après avoir demandé pas mal d’avis, il s’est avéré que Nantes était la ville idéale, et puis l’illustratrice Anne Montel nous a parlé de Clisson dont elle est originaire. On est allés visiter et on est tombés sous le charme !
Clisson est pleines de ruelles tortueuses et de maisons biscornues, et les différents parcs qui l’entourent en font un lieu très inspirant, c’est vraiment le cadre parfait pour travailler sur les futurs projets que nous avions en tête !

Pourquoi le Petit Loup Rouge ?

Décidément c’est aussi un peu par hasard ! À la base le petit loup était le personnage principal de mon projet de film de fin d’étude, à l’exception que ce petit loup portait une cape verte et évoluait dans un univers plus onirique.

Et puis un jour alors que je rentrais d’Irlande où j’étais en stage et que j’attendais mon avion, je me suis mise à griffonner mon petit personnage histoire de passer le temps. Sauf que je n’avais pas tout mon matériel avec moi, et je n’avais notamment qu’un crayon de couleur rouge… J’ai donc dessiné le petit loup avec une cape rouge, et en le regardant plus attentivement je me suis dis que ce serait génial de reprendre le conte original du Petit Chaperon Rouge mais de tout inverser !
À partir de là, j’ai réalisé quelques illustrations et commencer à écrire l’histoire au départ juste pour m’amuser, puis des éditeurs avec qui j’étais en contact via Facebook se sont intéressés au projet, et de fil en aiguille le projet a été signé.

Mon but ultime serait d’arriver à retoucher le moins possible mes planches, et à arriver à tout faire en traditionnel…
Amélie Fléchais

Quelles sont tes techniques actuelles, notamment pour Le Petit Loup Rouge ?

Au sujet de mes techniques, c’est un peu compliqué, globalement je démarre avec une illustration en technique traditionnelle, que je retouche ensuite sur ordinateur. Mais mon but ultime serait d’arriver à retoucher le moins possible mes planches, et à arriver à tout faire en traditionnel… ce ne sera pas facile, mais quand ça vaut le coup ça ne l’est jamais !

Le Petit Loup Rouge

Le Petit Loup Rouge

Et les expérimentales ? Un futur projet dont tu voudrais parler ?

J’aime effectivement bien expérimenter de nouvelles techniques, mais en ce moment mes différents contrats me prennent tout mon temps, et j’ai malheureusement du mal à me dégager du temps libre pour tester de nouvelles choses… Mais j’espère retrouver un rythme plus calme bientôt pour pouvoir recommencer mes expérimentations et ainsi faire évoluer mon univers graphique vers de nouveaux horizons !

En ce moment je termine L’Homme Montagne que je réalise avec Séverine Gauthier au scénario, ce sera un petit album jeunesse de 38 pages encore une fois dans le registre du conte et dont je vais commencer à montrer pas mal de chose pendant l’automne !

l-homme-montagne

L’homme-montagne

Et sinon il y a plusieurs projets sur le feu, notamment 2 que je suis en train de développer avec mon compagnon Jonathan Garnier, lui au scénario et moi au dessin. Je préfère rester dans le vague tant que rien n’est signé, mais ce sont des projets dont j’ai déjà montrés quelques recherches ces dernières années, et il s’agira dans les deux cas de suivre une héroïne au caractère bien trempé !

Tu marques petits et grands avec tes albums. Justement quel livre t’a marqué enfant ?

Je crois qu’Harry Potter reste le livre qui m’aura le plus marqué étant plus jeune, et qui reste l’une de mes grosses références. J’adorerai arriver à dessiner et écrire une saga qui transporte autant les gens, mais c’est un énorme challenge !

Ton dernier coup de cœur graphique ?

Mon dernier coup de coeur va pour le dessin élégant de Jillian Tamaki, que j’ai découvert via sa bande dessinée Cet été-là. Ca a été une vrai claque, autant pour son trait épuré et expressif que pour l’efficacité et la simplicité de sa narration.

Comme un pianiste qui aime jouer du jazz, du classique et de l’électro, en illustration tu aimes varier les techniques et les styles. Et en musique justement, qu’en est-il, qu’écoutes-tu ?

Un peu de tout, lorsque je travaille j’aime écouter des BO de film , je suis donc une grande habituée des oeuvres de Danny Elfman, Thomas Newman, Jon Brion,  Alexandre Desplat ou DVA. Et à côté j’écoute pas mal de groupe un peu folk, comme Mùm,  Sigur Ròs, Bonobo, Other lives, Edward Sharpe & The Magnetic Zeros et biens d’autres… Et puis évidemment la BO de Rocky pour se donner du courage pendant les périodes de charrettes !

Ton dernier coup de coeur musical ?

Ce n’est plus trop récent maintenant, mais dans mes dernières découvertes il y’avait le groupe anglais  Alt-J, dont j’attends avec impatience leur nouvel album !

Quelle est la dernière chose qui t’a rendue heureuse ?

Prendre mes billets d’avion pour partir en vacances en septembre pour enfin faire un vrai break !


AMÉLIE FLÉCHAIS : chronique – site  – tumblr