Après le beau succès de son précédent album dans lequel « La forêt » a été le titre-phare, Lescop a sorti « Echo ». Un nouvel opus où l’écriture cinématographique renvoie à la quête de l’identité et de l’amour. Et c’est sur la scène de Stereolux/Nantes ce samedi 19 novembre, dans le cadre des Inrocks festival, que l’homme au bandana et au tee-shirt noirs a défendu ces dix titres. Interview.

Interview de Lescop à l’occasion de sa venue aux Inrocks Festival

L’ancien membre d’Asyl continue d’affirmer son style, mélange de new-wave et de dark pop (ça tombe bien son label s’appelle Pop noire) et confirme son talent de storyteller avec les portraits de personnages troubles. L’artiste lui-même cultive une image mystérieuse. C’est le moment d’avoir des éclaircissements sur l’homme et sur ce qu’il aime…

Lescop

Un avatar, une projection de moi-même, une anamorphose

Ta première émotion musicale

Ma mère qui me chante Banks of the Ohio de Joan Baez à la guitare, elle avait appris cette chanson quand elle était partie travailler aux Etats-Unis où elle avait bien sûr caché son appartenance au Parti Communiste ! Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir des parents comme les miens…

Tes premières notes

Les trois premières notes de Banks of the Ohio justement : I asked my looooove…

Tes racines

La Bretagne et le Berry, ça fait B.B., comme Brigitte Bardot!

La Rochelle

La ville où j’ai passé le plus de temps dans ma vie, j’y ai ma famille la plus proche, mes amis les plus proches, un des rares endroits où je me sente vraiment vraiment bien ! Je la connais très bien et pourtant c’est une ville étrange parce qu’on peut toujours y découvrir des endroits improbables, faire une fête sur un toit, fumer des joints sur la plage, etc. C’est un endroit de rencontres, de séduction, de facilités… mais il faut y avoir un solide sens de l’humour ! Sinon gare à toi !

Ta première chanson

La première chanson que j’ai écrite ça s’appelait Jack ça parlait du père d’un copain à moi qui était méchant.

Echo

C’est la Nymphe qui est amoureuse de toi, c’est la voix qui t’appelle et que tu n’écoute pas pour mieux regarder ton reflet dans l’eau, c’est une invitation, on a tous des voix de nymphe qui nous appelle un jour ou l’autre, il faut savoir les entendre…

Son artwork/photo

Tout est fait par Antoine Carlier qui est un ami de La Rochelle, on se connait depuis très longtemps, il y a une confiance et une amitié, ça ne s’explique pas ces choses-là…

Johnny Hostile (son complice pour la production de l’album)

Un mix entre Batman et Brian Eno !

Quelqu’un à qui penser (un des titres de l’album)

C’est le truc le plus cool quand on tombe amoureux je trouve, on a quelqu’un à qui penser ! Même seul on est plus seul, ça illumine tous les moment de la vie, ça rend plus fort !

Discipline

Trouver son objectif et trouver le moyen le plus court pour y arriver sans se compromettre. Pour moi la discipline c’est ça, c’est essentiel dans la vie ! À ce niveau les animaux et les plantes sont beaucoup plus disciplinés que nous d’ailleurs…

Bandana et tee-shirt noir/blanc

C’est comme ça que je m’habille le plus souvent, c’est un bandana noir que j’ai trouvé dans une friperie, je n’arrive plus à m’en séparer, c’est une sorte de doudou viril ! Et t-shirt noir ou blanc parce que je déteste les inscriptions à la con sur les t-shirts !

lescop-photo-tristane-mesquita

Lescop // Crédit photo : TIM

Ton premier concert en tant qu’artiste

Fête de la Musique en 1993 ! Je crois que j’y avais chanté la chanson Jack d’ailleurs ! J’ai adoré ! A l’époque je n’avais pas encore le trac, j’étais fier comme un pou, juste cette envie de monter sur scène et de connaître cette sensation d’exister un peu plus fort !

Comme tous les complexés du monde j’avais cette envie qu’on me regarde, comme une manière de me réconcilier avec tout ce qui me fait peur, c’est-à-dire moi et les autres… C’est la façon que j’ai trouvé de concilier les deux, et dans ce déséquilibre trouver mon équilibre.

Ton angoisse

Monter sur scène, ne pas être compris, rater ce que j’entreprends, me sentir nul, me sentir moche, les ascenseurs, les pigeons, la peur d’avoir peur, la colère d’être en colère, la violence, la grossièreté, décevoir les gens que j’aime… et tout un tas d’autres trucs dont je ne veux pas parler !

Ta mélodie du bonheur

Le ronron d’un chat !

Ta dernière déception

La dernière chanson que je n’ai pas réussi à écrire ! Je l’ai entendu en rêvant et impossible de la retrouver en me réveillant…

Ta dernière lecture

Moins que zéro de Bret Easton Ellis, j’adore sa façon d’être à la fois dur et bienveillant avec ses personnages.

bret-easton-ellis

Ta bouffée d’oxygène

La Rochelle !

Ton dernier concert en tant que spectacteur

Frustration à La Maroquinerie ! J’ai toujours adoré ce groupe, je l’ai toujours dit, c’est le meilleur chanteur de punk en France, cette musique il la connaît, il la comprend, elle coule dans ses veines, il est comme un vieux bluesman qui connait sa musique sur le bout des doigts. C’est pour ça que j’ai arrêté de chanter de la musique punk, parce que je sais que je ne pourrais pas être aussi bon que ça…

Ta dernière joie

Récemment à un concert un type est venu me voir pour me dire qu’il avait lu trois livres dont j’avais parlé en interview alors qu’avant il ne lisait jamais! Depuis il n’arrête plus de lire, et il était venu me demander de lui conseiller d’autres bouquins à lire… je ne peux même pas t’expliquer à quel point ça m’a fait plaisir… longue vie à lui!


En tournée dans toute la France – Facebook : Lescop – Twitter : @lescop