« Monsieur Obsolète » -du nom du premier album de Jérémie Kisling- a toujours sa patte de « Ours », pleine de mélancolie mais défaite de sa part d’enfance après quatre années, dit-il, douloureuses à prendre des coups, à se retrouver « Le bec dans l’eau », et à se relever en adulte.

Tout m’échappe de Jérémie Kisling

« Horizon grillé » ou « Nouvel horizon » ? La vie est ailleurs vous répondra l’artiste suisse qui a opté, cette fois, pour une instrumentation minimale afin d’aller à l’essentiel, le son brut avec un piano suranné (magnifique duo « Le fil du jour » avec Jeanne Cherhal).

Je commence à me faire à l’idée que le succès sera posthume.
Jérémie Kisling

Les existences -celles d’une trentenaire célibataire avec « Je ne suis pas de celles » ou de ces villes déshumanisées dans « Le monde passant »-  qu’il nous fait entrevoir sont caressées d’airs folks et du timbre, ô combien singulier, de l’artiste.

> Écouter Tout m’échappe <

Ce quatrième opus est le halo qui percent les nuages de nos vies orageuses et étoilent le ciel bleu de nos tristesses. Le dernier titre sonne comme un souhait, celui de se laisser surprendre et de lâcher prise. Que Tout m’échappe


Photo Sonia Sieff
JEREMIE KISLING : Deezer