Après un premier EP remarqué où il était joyeusement question de « Perles et de pommes de terre » (« Pearls and potatoes » dans le texte), Ladylike Lily alias Orianne Marsilli confirme son talent en fabriquant, de ses mains et avec sa voix délicatement posée, une petite perle noire intitulée « Get your soul washed ».

Ladylike Lily, et son opus Get your soul washed

C’est tout un monde qui peuple ce deuxième opus aux douze compositions. Pour l’incarner, ça tape (les couteaux et les fourchettes), ça sample (les voix et guitares), ça gratte (les cordes), ça claque (des doigts), ça vibre (avec le glockenspiel), ça crépite (avec le Monotron) ça électrise (avec l’iPad)… et nous voilà emportés dans les flots pour une traversée poétique.
Dans cet océan aux mille résonances, Ladylike Lily, petit poisson breton, est devenue une sirène où la lumière en surface -les arrangements sont brillants- contraste avec l’obscurité des profondeurs -un contenu à la tonalité mélancolique-. Dès lors, comment résister à son chant fait de « oOoh » suaves et de textes travaillés au ciselet ? La maternité, la solitude, l’amour, la tentation sont autant de thèmes abordés de manière métaphorique et, parfois, autobiographique. Ainsi, quand elle nous parle de paternité, c’est en mettant en scène un « oiseau qui donne la chair de poule » après s’être dévoué corps et plumes à son devoir paternel et qui reste seul, abandonné par son ingrate progéniture. Ou bien, nous donne-t-elle la recette toute symbolique pour se faire pardonner en amour…

ladylikelily-blueland

Ladylike Lily confirme son talent en fabriquant une petite perle noire folk

Dans la mythologie, l’eau est l’élément qui amène la transformation. Le visuel de la pochette le montre. L’artiste s’est mouillée pour exprimer son moi profond. Cet album aquatique est à savourer les pieds dans l’eau. Profitez-en comme d’un vrai bain de mer au soleil couchant avec Ladylike Lily, digne fille de Psyché et de Folk.


LADYLIKE LILY : site – facebook