Deux billes bleues réhaussent la bouille d’ange de Liz van Deuq. Elle s’installe prestement derrière son piano et bientôt des volutes de fumée lui dessinent deux cornes de diablotine pour un concert plein d’émotions en tout genre..

Mardi 09 décembre à la Bouche d’Air à Nantes, l’artiste Liz Van Deuq

Liz van Deuq, dans la lignée de Constance Verluca, distribue depuis son piano et son tambourin à pied des bonbons sucrés et acidulés, passant de la tendresse (Des rides) à un humour délicieusement grinçant (Au conservatoire, 15 ans de boite).

Entre chaque titre, la Nivernaise (de la Nièvre, un département à la faible densité d’habitants au km2. Eh ouais on apprend des trucs ici) joue d’effets de surprises, de plaisanteries, d’auto-dérision (« Je suis accompagnée aujourd’hui par ma main droite… et par ma main gauche« ) et fait s’envoler son poème-minutes, hommage drôlatique à la Bouche d’Air et à Nantes, transformé en avion de papier.
 

Les qualités de Liz Van Deuq

De grandes qualités d’écriture et musicales avec des ambiances jazzy, funky, électro, pop-rock dans cet album Anna-Liz et une présence sur scène indéniable lors de cette tournée dont on a vu une des dernière dates. En attendant que l’auteure-compositeure-interprète pas-sage repasse par-là, écoutez-la.


crédit photo : Géraldine Aresteanu
LIZ VAN DEUQ : sitefacebook