Après 4 ans d’absence remarquée, logique après un premier album salué, Raphaële Lannadère revient ce 27 novembre avec son deuxième album intitulé d’une lettre et d’un point : L. 

Raphaële Lannadère, c’est L. et c’est aussi son nouvel album

Raphaële Lannadère revient avec un deuxième album. Son titre est le pseudo sous lequel elle officiait auparavant, j’ai nommé L. En 2011, c’est bien elle en majuscule qui reçoit une belle averse de superlatifs pour son premier album Initiale.

Réalisé alors avec le talentueux BabX -le fils de sa prof de chant de l’époque qui l’accompagnera ensuite au piano-, Raphaële Lannadère prend son véritable envol en 2008, déployant ses ailes sur des airs de Barbara, de Brel ou de Piaf dans des bars. Puis rapidement, son premier album devient objet du désir et de récompenses. Prix Barbara. Disque d’Or. Salué par la presse et rejoint par un public amoureux de verbe juste, de rime riche, de voix lancinante…

Raphaele Lannadère L

Raphaële Lannadère / Crédit photo : Yann Rabanier – www.yannrabanier.com

Quatre ans plus tard, celle qui a été la parolière de Camélia Jordana, a pris son temps —avec à ses côtés son bassiste Julien Perraudeau (Diving with Andy, Jacques Higelin, Christophe…)—pour faire que chaque mot et que chaque note subliment l’émotion :

Dans mes sommeils
je fais des détours
je plane vers des villes païennes
où je prie en profane
que tu me reviennes
Extrait de « Dans mes sommeils »

L’ambiance noire, de par son élégance et son mystère, d’Initiales s’est éclaircie pour laisser placer à une atmosphère chaleureuse, en mouvement dans « L. ». Pour « rêver dans le vent, malgré tout » (Les soirs d’éclipse). « J’accélère », qui ouvre l’album, en témoigne. On embarque avec elle, on s’engouffre dans des kilomètres de paysages, ceux-là même qu’elle a traversés à l’été 2013. Après 150 dates, l’artiste fait alors la route, seule, dans une petite voiture et prend l’air. Inspiration.

Raphaele Lannadère album L

Raphaële Lannadère / Crédit photo : Yann Rabanier – www.yannrabanier.com

Il est question de départ (« Dans mes sommeils »), de rupture  lorsque l’autre nous devient étranger (« Mon étranger »), d’océans asphyxiés (« Phtalates »), ou bien de la regrettée Lhasa (« Sur mon île »). À bout de souffle. Car on écoute et on respire au rythme des silences et des expirations de Raphaële Lannadère.
Puis souffle coupé avec « Paradis » qui aborde la maladie de Charcot sans la nommer. Reprendre son souffle avec « Jeremy » qui relate les amours interdites entre une adolescente anglaise et son professeur de français. « Gela » parle d’un maire sicilien en lutte contre la mafia. Grande inspiration.
Admiration.
Les dix titres de « L. » agissent comme autant de petits miracles à l’intérieur d’un grand.
Raphaële Lannadère, c’est elle en majuscule avec un album capital.


RAPHAELE LANNADERE : sitefacebook