Le neuvième album studio de Thomas Fersen sort ce jour, réalisé -ô surprise car Monsieur nous a habitués aux duos mais pas aux collaborations- avec Cédric la Chapelle et son groupe, The Ginger Accident, musiciens issus de la scène lyonnaise (S., Deborah Kant, Mazalda…), qui ont forgé leur identité aux côtés du crooner de goa, Slow Joe.

Thomas Fersen et The Ginger Accident

On se dit alors que ce n’est pas vraiment du « Thomas Fersen » qu’il y a dans l’album… et sur sa pochette. Visuellement on est en terre inconnue avec un point d’interrogation sur le contenu.
 

Effectivement, à la première écoute, la recette a changé. Au dépouillement de l’orchestration succèdent -attention c’est dense- orgues, guitares, batteries millésimées rythm’n’ blues et rock sixties, mariés avec des cordes et les chœurs made in Bollywood arrangés et enregistrés à Calcutta par Deb Sankar Roy et Cédric La Chapelle, mais également les cuivres des stéphanois de ArtDeko et les chœurs de la classe de musique du Conservatoire de Villefranche-sur-Saône. À cette joyeuse troupe se joint le vieux complice de toujours, le guitariste Pierre Sangra.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Où cela nous emmène-t-il ? Dans des histoires cocasses aux motifs ferseniens récurrents comme les disgressions autour de prénoms (le mélodieux « Jean », l’amusant « Viens mon Michel »), de souliers (le sympathique « Joe la Classe ») et d’animaux (« Les Pingouins des Iles » agit comme un tranquillisant) mais loin de la poésie légère du « Jour du Poisson », du bestiaire fantastique de « Qu4tre » et des morts bien vivants de « Je suis au Paradis ». Toujours de l’humour mais moins de sarcasme. C’est pourquoi on a encore faim quand arrive le dixième titre qui exprime, à point nommé, cette frustration (qui n’est pas déception) :

Les femmes préfèrent les méchants, les méchants sont plus alléchants, les femmes préfèrent les salauds, les salauds sont plus rigolos.
Extrait de « Les femmes préfèrent

Avec cet album collaboratif, le dandy -qui a élu domicile en Bretagne comme le montre « Qui est ce baigneur ? »- a changé de crèmerie pour évoluer musicalement et pour continuer d’être dans nos vies comme le poil dans la choucroute ou le moucheron dans le bouillon. Quelle fringance !

Thomas Fersen : SiteFacebook