Tim Dup, alias Timothée Duperray, sort ce 26 août son premier EP Les ourses polaires. Cet auteur-compositeur-interprète de 21 ans privilégie les textes sur les amours naufrages et sur les voyages (transport compris). Voilà un débouché professionnel original et bienheureux pour cet ancien étudiant en sciences politiques. 

ter centre-tim-dup

Tim Dup, ramasseur de souvenirs

Débit mi-parlé mi-chanté sur TER Centre pour lancer la description naturaliste d’une faune en larmes ou en vrac... La poésie d’un piano enveloppe le rythme cadencé des roues sur la voie ferrée (qu’il écoute beaucoup, Ferré, tout comme Brel, Gainsbourg, Brassens, Moustaki…). Ou comment faire surgir le sublime de la crasse.

Tim Dup délivre un second titre plus chanté Vers les ourses polaires où, toujours en mouvement (le clip est tourné en Islande), la fuite devient rencontres. Finalement, au terme des quatre titres  (vivement l’album pour avoir du rabe), le ptit gars de Rambouillet donne de la voix, singulière, du ton, percutant, et de la mélancolie, avec son thème de prédilection, l’amour avec l’invocation de figures féminines, comme Carmen de Bizet ou Moïra Gynt.

Pianiste de formation, on compte sur lui pour assurer en concert derrière son clavier, teintant d’électro sa chanson française.


Photo de cover : West Rock Photo de l’article : Diane Sagnier

Site officiel Tim Dup – Facebook