Avec Vendôme et leur second EP qui sort ce 4 novembre on pourrait vous filer la métaphore, vous dire qu’avec « Orphée » et aujourd’hui « Romancero », leurs titres vont occuper à coup sûr une belle place dans l’électro-pop française chic et choc, vernie par la finesse des mots, que leurs mélodies sont arrangées en orfèvre… On pourrait vous dire tout ça et puis on a interrogé Vendôme pour qu’ils vous disent tout.

Vendôme se fait une place

On pourrait vous dire tant et plus sur Vendôme, trio nantais en « or et lumière » pour citer l’éblouissant refrain de Les conquérants. Mais qui mieux que Ronan Houzé, auteur-compositeur-interprète du groupe, pour tout vous dire sur ce nouvel EP Romancero: la richesse des influences, la beauté électronique de ses paysages et les prochains concerts à venir.

vendome-nantes

Vendôme / Crédit photo : Kelig Houze

Interview de Vendôme pour la sortie de Romancero

Vendôme

Ronan Houzé (chant, guitare) : Une ville que je n’ai jamais visitée. J’ai choisi ce nom car j’aimais particulièrement la consonance de ce mot, je le trouvais très esthétique et cohérent avec ma musique.

Nantes

Une ville que j’aime et qui m’a adoptée quand j’ai débarqué de Saint-Brieuc. En plus, on a une belle scène locale, niveau musique. Je pense à des artistes comme Pégase, que l’on a eu la chance de rencontrer.

Vos premiers accords

Au piano : Carnaval op.9 n°11 de Schumann.
À la guitare : Les jeux interdits.

Votre première émotion musicale

Le Carnaval op.9 n°11 de Schumann. Ce morceau m’a marqué car il s’agit d’une petite étude que j’ai dû présenter à mon examen de cycle au conservatoire lorsque j’étais plus jeune. C’est à ce moment là que j’ai compris ce que pouvait représenter le mot « interpréter » un morceau.

Votre rencontre

Nous nous sommes rencontré dans un festival. A l’époque, nous étions dans différentes formations : je jouais dans Voltaire, avec Baptiste Allaert (clavier, basse) , et Yoann Coupé (clavier, machine, percussions) dans une autre formation. Le courant est tout de suite bien passé.

Orphée

C’est une référence à Orfeu Negro du réalisateur Marcel Camus. Je souhaitais à tout prix écrire mon premier EP sur ce mythe. On a poussé l’idée jusqu’à inclure des dialogues du film dans nos concerts.

Romancero

C’est un recueil de poèmes de l’écrivain José Maria de Hérédia, un auteur que j’affectionne particulièrement et qui a été une grande source d’inspiration pour ce nouveau disque. Je suis tombé nez-à-nez avec une plaque commémorative du poète, cet été, lors de mon voyage au Canada. Je ne m’y attendais pas du tout. Romancero collait parfaitement à l’univers de l’EP. C’était comme faire un clin d’oeil au hasard.

Hôtel de la plage

C’est une référence à l’île de Bréhat, sur la côte de Granit rose, dans les Côtes d’Armor. C’est au nord de Saint-Brieuc, ma ville d’origine.

Rue Mercoeur

Une rue à Nantes qui représente beaucoup pour moi. C’est de l’histoire ancienne.

Votre Madone

La Madone Sixtine de Raphaël.

Votre premier concert en tant que Vendôme

Comme tout premier concert, notre prestation a été assez laborieuse. Heureusement, depuis, nous avons progressé. En un an, notre set a beaucoup évolué : nous avons gagné en maturité pour proposer quelque chose de beaucoup plus électronique, sans renier nos racines initiales : la pop française.

Votre prochain concert

Le 3 Décembre au Black Shelter, à Nantes. On joue aussi le 23 janvier à l’International à Paris. Ce seront deux belles dates.

L’artwork de Romancero

Pour cet artwork, nous avons collaboré avec Quentin Allaert, qui travaille aussi sur la réalisation de notre prochain clip. Nous avons fait cette photographie à Erdeven, dans le Morbihan, à quelques pas de la plage. Il n’y a aucun photomontage : nous avons tout misé sur un miroir que nous avons trouvé sur Le Bon Coin, la veille de la séance de shooting. Nous avons eu cette idée tardivement mais nous sommes vraiment contents du résultat. C’est aussi un clin d’œil à l’univers de René Magritte.

Vendome 4 - Credit Quentin Allaert

Photo tiré du shooting pour la cover de l’album Romancero / Crédit photo : Quentin Allaert

Votre bouffée d’oxygène

L’océan.

Votre mélodie du bonheur

Nina Simone avec My baby just cares for me… (lien d’écoute pour le titre original, pour la version revisitée au Festival Jazz de Montreux qui-envoie-grave-au-piano, c’est ci-dessous)

Votre dernière lecture

Enfance de Nathalie Sarraute. Un livre introspectif qui m’a donné à réfléchir sur l’enfance en général et la perception des événements à cet âge.

enfance-nathalie-sarraute

Votre angoisse

J’ai peur du noir.

Votre dernier concert en tant que spectateurs

Christine and The Queens au Zénith de Nantes. Un live haut en couleur, un vrai show.

CATQ-Simon-Genillier-Roelsgaard

Christine and the Queens au Zénith de Nantes / Crédit photo : Simon-Genillier-Roelsgaard

Votre dernière joie

Mon atterrissage à Toronto en août. J’ai adoré cette ville, le lac d’Ontario, la tour CN, St Laurence Market. Une ville magnifique et cosmopolite. Tout l’arrière-pays, les grands espaces, les parcs nationaux… Un beau voyage, une découverte.


Merci à Romain pour l’interview et à Ronan de Vendôme pour ses réponses pleines de références culturelles ! :)

VENDÔME : bandcamp facebooktwitter