VioleTT Pi marie l’inconciliable. Dans son premier album « eV » – pour électrovolt – sorti le 18 juin, l’amour se fond dans la cruauté quand le noir explose de couleurs. C’est peut-être cela qu’on appelle la foOolie.

VioleTT Pi botte le derrière aux conventions avec son album eV

Et Karl Gagnon, à l’origine du groupe VioleTT Pi, est tombé dedans. Il nous bouscule, confortablement installés dans nos douillets conformismes avec des textes poétiques et abrasifs qui prennent aux tripes, tel Marie Curie, ode à un amour radioactif par sa puissance. Couleurs et matières s’entrechoquent pour peindre la passion avec surréalisme. Il déshabille ainsi l’amour en le dépeçant jusqu’à l’autopsier…

Elle épipenne sa cuisse. Adrénaline son cœur. Elle se tourne vers moi. Belle comme un nuage en flammes. Elle a mis dans mon ventre des arcs-en-ciel noirs…
Extrait de « Nuages en flammes »

…et brandit langues et coeurs des écorchés vifs que nous sommes (Jeffrey Dahmer au Musée d’Art Contemporain inspiré du tueur en série cannibale, ou encore Princesse Carnivore).

En musique, Violett Pi botte également le derrière aux conventions, passant d’une pop ludique avec une voix haut perchée dans Petit singe robot à un style métal où rage et tensions sont vociférés, le tout entrecoupé de variations électro. Un style inclassable et déroutant.

C’est d’ailleurs dans d’autres domaines artistiques que l’on plonge à l’écoute de VioleTT Pi : la noirceur d’un Nietzsche enterrant Raison et Morale d’un coup de pelle et de crayon, avec le souci des couleurs et des matières d’un Van Gogh à l’oreille coupée, auxquels s’ajouterait la chair torturée d’un Francis Bacon.

Et c’est justement avec une toile d’Axel Pahlavi, L’amour plus fort que la mort, que eV est incarnée. Cette clown triste sur la pochette est aussi le dernier titre de l’album en duo avec l’irrésistible Klô Pelgag. Car, au bout des 12 titres, on se dit que cette clown seule en couverture a trouvé un compagnon en la personne de Karl Gagnon, qu’on verrait bien représenté en Saint Grunge auréolé d’une couronne de plutonium.


Karl Gagnon : voix, guitares électriques et acoustiques, programmation
Sylvain Deschamps : guitares électriques et acoustiques, basse, glockenspiel, synthétiseur, programmation
Maxime Druin : batterie

VIOLETT PI : sitefacebook