Il était temps de lire cet ouvrage paru en 1964. C’est après avoir vu le documentaire sur Arte « Picasso, l’inventaire d’une vie » de Hugues Nancy et Olivier Widmaier Picasso que  la biographie « Vivre avec Picasso » de Françoise Gilot, sa compagne de 1944 à 1953, m’apparut comme la suite logique pour dessiner d’autres contours de l’artiste. C’est aussi l’occasion d’entrer dans le milieu artistique de cet époque avec ses amis, Matisse, Braque, Apollinaire Stein, Éluard ou encore Aragon. 

On vit tous un peu avec Picasso

Avant ça, j’ai connu Picasso sans le savoir. À 10 ans, chaque jour je voyais une fresque sur le mur du collège. Des têtes hurlantes, dont celle d’un Minotaure et celle d’un chien aux crocs perçant l’espace. La souffrance suintait. Le contraste du noir et blanc hurlait. Plus tard, un professeur d’histoire de l’art nous parle de ce petit espagnol qui, à 8 ans, dessinait parfaitement les corridas. Dès lors, pourquoi s’arrêter là, puisqu’il savait déjà tout du dessin ? (ça c’est pour les malvoyants qui disent devant ses œuvres « moi aussi j’sais l’faire!« ).
Notre professeur nous emmena ensuite à Madrid, au Musée de la Reine Sofia. Immense, imposant, il était là. Les 7 mètres par 3,5  de Guernica m’explosèrent à la figure alors même je connaissais chaque élément du tableau par cœur…

madridguernica

349,31 × 776,61 cm précisément pour dénoncer le bombardement de Guernica, le 26 avril 1937, lors de la guerre d’Espagne, ordonné par les nationalistes espagnols et exécuté par des troupes allemandes nazies et fascistes italiennes

Livre en mains, j’avais donc hâte de découvrir ce que Françoise Gilot avait à révéler de sa vie avec cet homme à part. Et l’attente fut à la hauteur des souvenirs de la peintre.

Picasso, 63 ans, ne cherche pas et trouve Françoise Gilot, 21 ans

Françoise Gilot entre dans l’univers de Picasso en 1943. Son intelligence, sa culture et son amour de l’art séduise l’artiste qui s’échappe doucement de Dora Maar. À partir de cette rencontre, il l’arrache à sa grand-mère pour qu’elle vienne habiter avec lui. C’est à partir de là que tout se gâte. Elle dit qu’en définitive, elle n’a été heureuse avec lui que les trois premières années, quand ils ne vivaient pas ensemble. Alors pourquoi rester ? Les réponses, les atouts, les qualités de l’artiste et de l’homme, sont dans les 371 pages. Tout comme ses défauts.  Quand elle lui annonce son départ, il lui lancera :

Vous me devez tant ! C’est comme cela que vous me remerciez, j’imagine. Eh bien je n’ai qu’une chose à ajouter : les autres hommes auront mes défauts, mais aucun n’aura mes qualités.
Pablo lors de sa rupture avec Françoise

Picasso, un génie grognon, un père angoissé et un Barbe Bleue toréador avec les femmes

Les matins de Picasso ressemblent à des lendemains de fête ratée. Mauvaise humeur. Françoise et le secrétaire œuvre pour lui remonter le moral. Il reçoit ensuite du monde, comme une cour vient encenser son Roi. Et à 14h jusque dans la nuit, l’artiste travaille. Enfin trouve !

« Ce n’est pas très gai de se lever à six heures du matin. Je comprends pourquoi on exécute les condamnés à l’aube. Je n’ai qu’à voir l’aurore pour sentir ma tête rouler d’elle-même », Pablo Picasso pas lève-tôt, même pour partir en vacances…

Des dizaines de faits montrent l’homme -l’ami et le père- généreux et cruel, quant au génie intraitable. L’amant va bien au-delà avec un certain machiavélisme  si on s’en réfère à ce passage  :

picasso-pablo-corrida

Picasso avec les femmes, c’est un peu de Barbe-bleu et de toréador. Olééé

Le prix à payer

Mais comme le dit l’artiste, sa vie entière est dédiée à son art. Avoir la primauté et le privilège de vivre à ses côtés, de le voir pratiquer, de rencontrer ses amis artistes, de dialoguer avec lui sur les démarches créatives, a un prix que Françoise Gilot paie pendant ces années avec une lucidité incroyable et une énergie folle.

« Chaque être possède la même somme d’énergie. La personne moyenne  gaspille la sienne de mille manières. Moi, je canalise toutes mes forces dans une seule direction : la peinture, et je lui sacrifie le reste — vous et tout le monde, moi inclus », Picasso

picasso-gilot

La pratique selon Picasso…

Pour finir -la formidable richesse du récit rend bavard-, la publication de « Vivre avec Picasso » mettra en rage le principal concerné qui ne voudra plus voir ses deux enfants, Claude et Paloma. Certainement le toréador aurait-il préféré ne pas faire face à cela, comme cette pique de Chagall soufflée à Françoise :

Quel génie, ce Picasso ! Dommage qu’il ne fasse pas de peinture !
Marc Chagall, inspiré

Françoise Gilot, peintre, 93 ans

gilot-2014Françoise Gilot vit aujourd’hui à New York et poursuit sa carrière de peintre. Elle fut aussi la femme du biologiste Jonas Salk, inventeur du vaccin contre la poliomyélite. Elle est l’auteur, entre autres, de : Vivre avec Picasso (1964, Calmann-Lévy) ; Interface : le regard et son masque (1983, Calmann-Lévy) ; Matisse and Picasso, A Friendship in Art (1990, Doubleday, New York). Ses œuvres figurent dans les collections du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, du Museum of Modern Art à New York.